La méditation : une solution pour favoriser la santé et le bien-être des employés

Lundi 16 juin 2014

De plus en plus de gestionnaires et d’employés canadiens s’adonnent à la méditation dans leur milieu de travail, que ce soit pour gérer leur stress, prendre du recul ou simplement pour faire le plein d’énergie. Depuis quelques années déjà, cette pratique fait sa place dans les grandes entreprises américaines telles que Google, General Mills, eBay, Nike, Target et Tweeter, qui organisent entre autres des conférences ou des colloques pour faire connaître à leurs employés la méditation de type présence attentive (aussi appelée pleine conscience). Même l’armée américaine y a recours. Elle l’a d’ailleurs fort habilement renommé le Mind Fitness Training, car c’est bien ce dont il s’agit : muscler son cerveau, le rendre plus vif et moins enclin aux ruminations anxiogènes.

Ce qu’ont démontré les recherches

L’an dernier seulement, il s’est publié plus de 400 articles scientifiques sur les effets positifs de la méditation. De quoi mettre en déroute ses détracteurs. Il est vrai que la méditation est parfois perçue comme une pratique religieuse ou ésotérique, et que des mythes se sont construits autour d’elle. Toutefois, la méditation est basée essentiellement sur des techniques simples permettant d’atteindre le calme. Les recherches démontrent en effet que la méditation pratiquée régulièrement augmente la plasticité du cerveau, réduit les niveaux de cortisol (hormone liée au stress), permet une meilleure concentration, réduit la pression artérielle, atténue les effets de la dépression et renforce le système immunitaire.

Que des bienfaits sur le travail et sur les coûts de santé

La liste des bienfaits de la méditation sur le travail est longue : meilleure gestion du stress; stimulation de la créativité et de l’empathie; amélioration de l’état de santé et de la collaboration; humeur positive et réduction de l’anxiété (sources de nombreux problèmes de santé). Certains rapportent aussi que cette pratique les a rendus plus ouverts au changement et plus résilients.

En plus de ses effets bénéfiques sur la santé, la méditation permettrait de réduire le taux d’absentéisme et de roulement, d’augmenter la satisfaction au travail et de contrer la dépression.

Les entreprises auraient donc avantage à faire connaître la méditation à leurs employés et à en favoriser la pratique au travail. D’autant plus que la méditation est facile à pratiquer, ne coûte pour ainsi dire rien et est à la portée de tous.

Une approche qui s’adapte bien au milieu de travail

La présence attentive (mindfulness), ou pleine conscience, consiste principalement à observer nos pensées, nos émotions, notre respiration et leurs effets sur notre façon de vivre le moment présent, et ce, sans analyse ou jugement. Grâce à une pratique régulière, elle permet d’atteindre une excellente conscience de soi-même, ce qui contribue à demeurer centré sur ses priorités et ses valeurs. On trouve sur Internet des guides audio ou vidéo pour pratiquer la présence attentive.

Comment faire connaître et favoriser la méditation en milieu de travail

Il est facile de faire connaître les bénéfices de la méditation aux employés. Pour ce faire, on peut inviter un conférencier dont les propos s’appuieront entre autres sur des arguments scientifiques, ou offrir aux employés, sans toutefois l'imposer, un atelier d’initiation ou un programme complet donné par un professionnel, sur l’heure du midi par exemple.

Par la suite, certains moyens pourraient être mis en place pour favoriser la pratique régulière, comme permettre l’utilisation d’une salle commune à cet effet sur l’heure du midi pour ceux qui aimeraient pratiquer en groupe; permettre des pauses méditation lorsque les employés en ressentent le besoin; concevoir une affiche ou un dépliant résumant les étapes d’une technique simple de méditation; donner une liste de ressources telles que des livres, des CD, des MP3, des applications mobiles (comme GPS for the Soul et HeadSpace), des liens Internet de méditation en ligne ou les coordonnées d’institutions locales sérieuses.

La pratique de la méditation exige cependant beaucoup de discipline. Il serait faux de croire qu’une simple conférence ou un atelier d’initiation suffirait à convaincre les employés de s’y adonner assidument. Un gestionnaire qui veut promouvoir la méditation (ou la présence attentive) dans son entreprise devrait tout d’abord s’y adonner lui-même, car les changements positifs qu’observeront les employés chez leur gestionnaire contribueront davantage à les inciter à faire de même.

Les bénéfices pour les gestionnaires

Les gestionnaires qui l’ont intégré à leur quotidien ont déclaré qu’après un certain temps, leur intuition s’était améliorée, qu’ils prenaient de meilleures décisions et étaient plus à l’écoute des autres, et qu’ils collaboraient davantage1.

Les écueils à éviter

Il importe de ne pas imposer ce genre de pratique au personnel. On doit laisser aux employés leur libre arbitre, car il s’agit avant tout d’une démarche très personnelle. Même si la méditation pourrait avoir une incidence positive sur la productivité, l’intention première doit être d’améliorer le mieux-être au travail. Il faudrait aussi éviter une sorte de ségrégation entre ceux qui méditent et ceux qui ne méditent pas. C’est pourquoi il vaut mieux insister dès le départ sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une pratique religieuse, mais d’un simple entraînement de l’esprit.

Où, quand et comment

Pour méditer, pas besoin d’accessoires particuliers ou de faire partie d’un groupe de mordus. La méditation peut très bien se pratiquer seul, assis sur une chaise ou au sol. On peut méditer en silence ou écouter une méditation guidée en ligne, sur CD, sur MP3 ou au moyen d’une application mobile. Certains méditent le matin, d’autres le midi ou le soir. À chacun de trouver ses moments les plus propices. L’important est de méditer idéalement de 10 à 15 minutes chaque jour.

Ce que gagne l’entreprise qui favorise la méditation

Des employés plus heureux, en meilleure santé, plus créatifs et plus impliqués apporteront beaucoup à l’entreprise, surtout si le gestionnaire a su lui aussi suivre la vague et intégrer certains principes aux valeurs et à la culture de l’entreprise. Il sera alors plus à même de tirer parti du dynamisme de ses employés afin d’atteindre un équilibre qui profitera tant à l’entreprise qu’aux employés et à leurs familles.

La méditation dans les organisations canadiennes

Au Canada, la pratique est encore peu répandue, mais nombre d’organisations s’y intéressent, notamment le Centre de médecine préventive et d’activité physique de l’Institut de Cardiologie de Montréal, la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval qui propose le programme Complexité, conscience et gestion dans lequel on aborde, entre autres approches, la présence attentive, et la Rotman School of Management de l’Université de Toronto qui offre aux étudiants un programme de mindfulness adapté au monde des affaires. Le Groupe de recherche et d’intervention sur la présence attentive de l’Université du Québec à Montréal a aussi mené une étude dans deux grandes organisations québécoises qui a permis de conclure que cette pratique réduit l’anxiété des employés, améliore leur bien-être psychologique et accroît le niveau de satisfaction des clients desservis. En Alberta, l’Université de Calgary, offre un programme de huit semaines sur la réduction du stress aux personnes atteintes de cancer par l’entremise du Tom Baker Cancer Centre. Le service des ressources humaines de l’Université de la Colombie-Britannique offre quant à lui un programme de six semaines sur la présence attentive en milieu de travail. Des organismes communautaires, des hôpitaux, des écoles primaires (notamment en Colombie-Britannique) et même des prisons y ont également recours.

SOURCES

Gelles, David. (24 août 2012). « The Mind business », Financial Times.
Hochman, David (1er novembre 2013). « MindThe Mind fulness: Getting Its Share of Attention », New York Times,
Macdonald, Cynthia. (20 mars 2014). « The Science of Mindfulness », University of Toronto Magazine.
Pickert, Kate. (3 février 2014).« The Minful Revolution », Times Magazine.
Poitras, Lucie. « Les bienfaits de la méditation au travail », Affaires RHI.

À CONSULTER

Bondolfi, Guido. (printemps 2004). « Les approches utilisant des exercices de méditation de type “mindfulness” ont-elles un rôle à jouer? », Santé mentale au Québec, vol. 29, nº 1, p. 137-145.
Chaskalson, Michael. (2014). Méditer au travail pour rester zen dans le tourbillon, Les Éditions Transcontinentales, Montréal.
Goldstein, Simeon. (1er février 2013). « Être plus zen : la méditation en milieu de travail », Avantages, 1er février 2013.
Newbigging, Sandy C. Mind Calm – The Modern Day Meditation Technique That Gives You ’ Peace With Mind’. Hay House, 2014.

1On trouve plusieurs témoignages de gestionnaires, dont les fondateurs de Facebook, Twitter et eBay, sur le site wisdom2summit