Reconnaissance et appréciation au travail pour des employés plus heureux

Mercredi 12 août 2015

Chacun de nous éprouve le besoin d’être reconnu et apprécié pour ses efforts et sa contribution dans son milieu de travail. Les marques de reconnaissance et d’appréciation à notre endroit nous donnent un sentiment d’importance et d’appartenance en plus de nous rendre plus performants et plus heureux dans nos fonctions. Ces marques renforcent notre moral et notre loyauté tout en favorisant un milieu de travail positif. Lorsque nous ne nous sentons pas appréciés ni émotionnellement soutenus par notre supérieur, notre employeur et nos collègues de travail, nous sommes plus à risque de vivre de l’épuisement professionnel ou de chercher du travail ailleurs. Le manque de reconnaissance est d’ailleurs l’une des principales raisons évoquées par près de 80 % des personnes qui quittent leur emploi.

Les coûts de la non-reconnaissance et de la non-appréciation

En plus d’entraîner des coûts humains et financiers importants, le manque de reconnaissance et d’appréciation est source de désengagement, de démotivation, de diminution de la qualité du travail, d’absentéisme et de démobilisation. Il favorise aussi un haut taux de roulement. Dans un milieu de travail exempt de reconnaissance, le niveau de stress est élevé, et les sources de frustration et de sentiment d’iniquité sont fréquentes. Il n’en faut pas plus pour que les préjugés et les rumeurs s’installent.

Les effets de la reconnaissance et de l’appréciation au travail

Lorsqu’on reconnait la contribution des employés, ceux-ci éprouvent plus de satisfaction au travail, sont plus motivés, se sentent compétents et peuvent donner un sens à leur contribution. De plus, des employés reconnus à leur juste valeur ont une meilleure estime d’eux-mêmes, éprouvent du plaisir au travail et sont moins à risque de développer une maladie mentale. L’organisation tire aussi avantage d’une culture de reconnaissance, car cette dernière lui permet de se positionner comme un employeur de choix et d’attirer, de mobiliser et de retenir des employés qui travaillent à l’atteinte de ses objectifs. La culture de la reconnaissance contribue également à maintenir et à améliorer la performance et l’efficacité organisationnelle. Mais avant tout, cette culture permet le développement d’un milieu de travail où règnent de bonnes relations interpersonnelles.

Ce qui différencie la reconnaissance et l’appréciation

La reconnaissance souligne le comportement, les efforts et les réalisations d’un employé ou d’une équipe qui favorisent la concrétisation des objectifs et des valeurs de l’organisation. Elle peut être symbolique ou prendre la forme d’avantages financiers ou autres.

L’appréciation fait quant à elle ressortir la valeur de l’employé en tant que personne. Elle doit se vivre au quotidien et avoir de la valeur aux yeux de celui qui la reçoit pour qu’elle ait un effet positif sur lui. Il s’agit en fait d’une sorte de retour sur son investissement pour l’employé, soit la preuve que sa personnalité et les efforts qu’il fournit contribuent au succès et à la bonne marche de l’entreprise.

Les formes de reconnaissance au travail

On distingue quatre formes de reconnaissance : la reconnaissance existentielle (qui correspond à l’appréciation), la reconnaissance des résultats, la reconnaissance des pratiques de travail et la reconnaissance de l’investissement dans le travail.

La reconnaissance existentielle peut s’exprimer par un bonjour, un merci ou un intérêt pour la personne et ce qu’elle vit (voir plus bas Les formes d’appréciation au travail). La reconnaissance des résultats (la plus connue et la plus pratiquée) prend souvent la forme de prix, de bonis ou d’avantages financiers pour récompenser l’atteinte des objectifs. Elle est importante, mais non suffisante. La reconnaissance des pratiques de travail s’exprime au moyen de remarques sur le savoir-faire, les qualités professionnelles, les compétences et l’amélioration continue des méthodes de travail. La reconnaissance de l’investissement dans le travail souligne quant à elle les efforts fournis par l’employé sans égard aux résultats obtenus. Elle peut prendre la forme d’une prime ou d’une rétroaction positive de la part des supérieurs ou des collègues.

Certains auteurs dénombrent également huit sous-catégories de reconnaissance : formelle ou informelle; financière ou non; publique ou privée; individuelle ou collective. Toutefois, on a noté que la combinaison reconnaissance informelle et reconnaissance individuelle a plus d’effet sur nous et nous mobilise davantage. Par exemple, un mot de remerciement, une conversation, un témoignage ou autre livrés sans cadre précis et directement à la personne ont plus d’effet que les autres formes de reconnaissance ou d’appréciation prises séparément.

La reconnaissance par les pairs a aussi des répercussions très intéressantes et contribue à créer une culture positive. Des programmes de reconnaissance par les pairs peuvent amener les employés à considérer différemment la qualité, le service à la clientèle et l’atteinte des objectifs. Bien orchestrés, ces programmes ont un effet d’entraînement et de motivation.

Les formes d’appréciation au travail

Le plus souvent informelle, l’appréciation prend la forme d’éloges sur le comportement, de remerciements ou de commentaires positifs et constructifs sur la personnalité d’un employé. Elle peut se traduire par du temps de qualité et de l’attention, de sorte que l’employé sente qu’il occupe une place importante au sein de son équipe ou de l’organisation. Pour ce faire, son gestionnaire doit lui accorder toute son attention en refusant les interruptions, en maintenant un contact visuel, en ne faisant rien d’autre pendant la discussion, en étant attentif aussi bien aux émotions qu’aux réflexions et en observant le langage corporel.

Informer les employés des changements qui auront lieu est aussi une façon de leur signifier qu’on a confiance en eux et qu’on les juge suffisamment importants pour les tenir au courant des décisions prises ou des enjeux auxquels l’entreprise est confrontée.

Les critères de qualité de l’appréciation et de la reconnaissance

Bien que très importante pour la plupart d’entre nous, la reconnaissance peut être perçue comme une approche impersonnelle qui « vient d’en haut ». Des chercheurs ont en effet découvert que les tentatives de communiquer la reconnaissance de façon globale dans une organisation ne sont pas très efficaces. Pour que les marques de reconnaissance atteignent leur cible, elles doivent être authentiques, personnalisées, immédiates et offertes directement à la personne concernée.

Comment offrir des témoignages de reconnaissance à ses employés1?

  • Donnez des exemples du travail ou des comportements qui témoignent d’un excellent rendement de l’employé.
  • Remerciez l’employé pour son rendement continuellement satisfaisant. La pratique la plus importante consiste pour le gestionnaire à utiliser des mots dénotant un sentiment sincère et authentique : « Bon travail! », « Bien fait! », « Merci! » ou « J’apprécie ».
  • Rédigez une note de félicitations ou de remerciement que vous laisserez sur le bureau de l’employé.
  • Soulignez l’aide apportée par l’employé ou les réalisations de ce dernier dans vos communications avec la haute direction, par exemple, en ajoutant une diapositive de remerciement à la fin d’une présentation à laquelle il a contribué. Les employés aiment être reconnus par le supérieur de leur superviseur; la reconnaissance a beaucoup d’effet sur les personnes et les équipes lorsqu’elle provient de la haute direction.
  • Certains employés indiquent dans leurs plans d’apprentissage qu’ils souhaitent acquérir telle expérience ou telles connaissances liées à leur travail. Quand cela est possible, il s’agit d’un moyen de reconnaître un employé.
  • Faites en sorte que la reconnaissance soit le premier point de l’ordre du jour de vos réunions.
  • Envoyez un courriel de remerciement à une personne ou à une équipe pour son bon travail.
  • Demandez à vos employés ce qui les motive et prenez le temps de les écouter. Découvrir leurs intérêts et passions vous aidera à trouver la façon la plus significative d’exprimer votre appréciation.

1. Extraits de la page sur la reconnaissance du Secrétariat du Conseil du trésor du Gouvernement du Canada (page archivée)

Cette liste d’exemples de témoignage n’est évidemment pas exhaustive. Chaque gestionnaire est libre de trouver ses propres moyens de reconnaître avec authenticité la contribution de ses employés.

Références :

UNIVERSITÉ LAVAL. La reconnaissance en milieu de travail. Chaire en gestion de la santé et de la sécurité du travail.

CHAPMAN, Gary, et Paul WHITE. The 5 Languages of Appreciation in the Workplace, Northfield Publishing, 2011.